Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

"Altai Kai Throat Singing"

Amyr Akchin performs a throat singing melody from the Altai region of Siberia with accordion. Kennedy Center, 2006.

http://www.youtube.com/watch?v=JbSczKB03Ts&mode=related&search=

Avec cette vidéo, découvrez Amyr Akchin qui s'accompagne de son accordéon tandis qu'il chante une mélodie de Sibérie. Il utilise une technique de chant de gorge, le chant diphonique (une technique également utilisée en Mongolie et au Tibet). Le chant diphonique, né dans des pays de grands espaces, des lieux où le silence cache mal une subtile symphonie de bourdonnements, de bêlements, de murmures,  comme le gargouillis de l'eau ou le sifflement du vent, et bien ça consiste pour un seul chanteur à produire un son à deux voix (l'une ressemblant au bourdon d'une cornemuse, et l'autre jouant les harmoniques), trois voix, voire quatre voix à lui tout seul.

C'est bizarre et déroutant pour nous occidentaux, mais c'est très beau. ça ressemble à un chant qui ne serait pas humain; ça donne une émotion toute particulière, puissament spirituelle.

Respect à Amyr Akchin.

Et pour en savoir plus sur le chant diphonique,

voici un entretien avec Tran Quang Hai, ethnomusicologue, multi-instrumentiste, un chercheur du CNRS à Paris, spécialisé dans le chant diphonique. Voici l'article :
http://www.eurasie.net/webzine/article.php3?id_article=642
Tran Quang Hai a découvert que ce chant ne nécessite pas une morphologie particulière. il a mis au point différentes méthodes pour apprendre le chant diphonique :

- Une première méthode consiste à laisser la langue à plat et à ne bouger que la bouche et les lèvres. En prononçant comme collées entre elles les deux voyelles U et I, comme si l’on disait OUI. On parvient à entendre une faible mélodie harmonique.

- Une seconde méthode permet de produire des harmoniques plus distinctes : il faut tout d’abord chanter avec la voix de gorge la syllabe OU. Puis prononcer la lettre L. Dès que la pointe de la langue touche le palais, il faut la conserver dans cette position. Ensuite, il faut prononcer la voyelle U, avec la langue toujours collée au palais. Essayer de nasaliser les sons, c’est à dire les prononcer comme en parlant du nez. Et prononcer les sons U et I de manière liée puis alternée. Grâce à cette méthode, on obtient le bourdon et les harmoniques. En variant la position des lèvres ou de la langue, on arrive à moduler la mélodie.

Et dans cet entretien, Tran Quang Hai indique qu'en Eurasie, le chant diphonique continue à évoluer : aujourd’hui les chanteurs ont développé de nouvelles techniques de chant, il y a une véritable émulation. D’ailleurs, de jeunes chanteurs utilisent le chant diphonique dans la musique pop, dans le hip hop, et même certains groupes de hard rock.

  

Tag(s) : #1.a. ACCORDEONISTES : Artistes, Musiciens