Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Opéra incontournable en cette fin d'été 2008 :
"Le Mariage",
sera donné en Suisse
    - Samedi 30 août 2008 à 20h30 à Cernier (Grange aux Concerts) (Première)
    - Dimanche 31 août 2008 à 17h00 à Cernier (Grange aux Concerts)
    - Lundi 1 septembre 2008 à 21h00 à Genève (Théâtre de l'Alhambra)
    - Mardi 2 septembre 2008 à 21h00 à Genève (Théâtre de l'Alhambra)
 
Informations et réservations sur http://www.jardinsmusicaux.ch


"Le Mariage", une conversation musicale, invraisemblable, en 2 tableaux,

1er tableau : Modeste Moussorgski (1839-1881) ,
création scénique en Suisse, nouvelle orchestration de Valeri Voronov.

2ième tableau : Valeri Voronov (1970*) ,
création mondiale.



Direction musicale : Valentin Reymond
Mise en scène : Mathilde Reichler
Scénographie : Claire Peverelli
Costumes : Chloé Gindre
Eclairages : Jean-Philippe Roy
Projections : Laurent Valdès
Coiffures et maquillages : Katrine Zingg
Chef de chant : Olga Skatsko
Assistant : Yan Walther

Podkoliossine : Alexandre Diakoff (baryton-basse)
Stepan : Grzegorz Rózycki (basse)
Fiokla : Frances McCafferty (mezzo-soprano)
Kotchkariov : Alexandre Kravets (ténor)
Un prétendant : Grzegorz Rózycki (basse)
Agafia Tikhonovna : Jeannette Fischer (soprano)
et avec l'Orchestre des Jardins Musicaux, qui compte parmi ses membres l'accordéoniste classique Sylvain Tissot

Durée : 80 min


L'ouvrage sera chanté en russe et sur-titré en français dans une traduction de Fabrice Guibentif.

Une production de l'Opéra Décentralisé Neuchâtel en coproduction avec l'Association «Le Mariage-Moussorgski» Genève et la Bâtie-Festival de Genève.


Un éternel célibataire à la recherche d'un bon parti, un domestique excédé par son maître, un ami impatient et colérique, une marieuse bavarde et pateline, un prétendant malchanceux en amour et une fiancée qui pourrait bientôt devenir vieille fille. Voici les personnages dépeints par Gogol et Moussorgski ! Plus de héros mythiques mais des fonctionnaires, marchands et conseillers titulaires croqués sur le vif, dans la bonne vieille Russie que Moussorgski côtoie tous les jours en se rendant à son ministère. Le compositeur se lance dans une «conversation musicale» où la musique cherche à rendre l'intonation de la langue quotidienne en la grossissant et parfois même en la déformant. Cent cinquante ans plus tard, Valeri Voronov compose un second tableau à partir de la pièce de Gogol, complétant ainsi l'oeuvre inachevée de son prédécesseur. Le résultat est un diptyque où les époques se répondent pour traquer, chacune à sa manière, les secrets de la prose du grand écrivain. La musique de Voronov s'évade de l'univers de Moussorgski en une marche décapante qui nous entraîne, en même temps que Podkoliossine, chez sa fiancée. On ne reconnaîtra désormais qu'au hasard d'une réplique les couleurs et les motifs de Moussorgski. Par une utilisation de tout le spectre expressif de la voix, par un jeu subtil avec les instruments, qui prennent corps et deviennent de véritables interlocuteurs, par la révélation du côté absurde et parfois violent des relations entre les personnages, Voronov réussit à compléter Moussorgski sans limiter, offrant ainsi sa propre vision musicale du texte de Gogol.

Tag(s) : #2.c. MUSIQUE : Concert, Spectacles, Festivals