Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un lien qui compile quelques unes des multiples solutions citées dans le film "demain" de Cyril Dion et Mélanie Laurent, solutions qui existent aujourd'hui de par le monde :
http://www.demain-lefilm.com/sites/default/files/assets/demain_dossier_pedagogique.pdf

Le film est construit autour de 5 chapitres couvrant une partie des champs de nos vies quotidiennes, et proposant, dans chacun de ces domaines, des solutions. Voici les portraits d’un certain nombre d’intervenants du film.

AGRICULTURE
VANDANA SHIVA,
Ecrivain, fondatrice de Navdanya.

Chez les personnalités qui comptent dans la galaxie écologiste, la militante et activiste indienne Vandana Shiva fait autorité. Depuis plus de trente ans, elle se consacre à la lutte pour la souveraineté alimentaire et pour la défense de la biodiversité sous toutes ses formes. Elle s’est fait connaître en France pour avoir férocement dénoncé la mainmise des biotechnologies - via les OGM - sur le destin des paysans indiens. En vingt ans, sa fondation Navdanja (« neuf graines », en Hindi) a aidé plus de 120 communautés à mettre en place leur banque de semences et a formé plus de 500 000 paysans à l’agriculture biologique et à l’importance du droit aux semences et à la sécurité alimentaire. Le programme se mobilise au niveau national et international pour défendre la souveraineté alimentaire et lutter contre toutes formes de marchandisation et d’appropriation des ressources naturelles. Féministe convaincue, cette physicienne et philosophe de formation défend les femmes qu’elle considère comme gardiennes des savoirs traditionnels et de la diversité. Sources fertiles et créatrices de la vie, elles sont chargées de maintenir leur foyer en assurant son approvisionnement en eau et en nourriture. En Inde, elles sont depuis toujours responsables des semis, de la récolte et de la conservation des semences. Malgré leur rôle essentiel de gardiennes de la biodiversité et des savoirs traditionnels, elles sont exclues des discussions et des projets sur le développement. Vandana Shiva a gagné une stature internationale en recevant en 1993 le Right Livelihood Award, considéré comme le prix Nobel alternatif en matière d’environnement.

CHARLES ET PERRINE HERVÉ-GRUYER,
Ferme du Bec Hellouin.

Rien ne prédestinait Perrine et Charles Hervé-Gruyer à devenir paysans. En 2004, cette ancienne juriste internationale et cet exmarin ont posé leurs valises sur un petit bout de campagne normande pour en faire une ferme maraîchère, la ferme du Bec Hellouin. En se promenant à Cuba, au Japon, aux États-Unis mais aussi en France, le couple a combiné une multitude de pratiques culturales pour cueillir les fruits de l’abondance naturelle si bien qu’aujourd’hui, leur ferme fait référence en matière de maraîchage bio. La démarche de Perrine et Charles Hervé-Gruyer repose sur la permaculture. Son principe : prendre la nature comme modèle et concevoir des installations humaines fonctionnant comme des écosystèmes productifs et économes en ressources. Cette agriculture se pratique sans aucun intrant, ni pétrole, ni produits phytosanitaires, ni mécanisation ou motorisation. Les résultats obtenus à la ferme du Bec Hellouin, grâce à l’énergie du soleil, stupéfient aujourd’hui les agronomes. Charles et Perrine produisent des récoltes abondantes et de qualité, tout en créant de l’humus, en protégeant la biodiversité, en embellissant les paysages, en stockant du carbone dans les sols et les arbres. Aujourd’hui, la ferme du Bec-Hellouin passionne les agronomes qui découvrent une productivité sans pareille et fascine les naturalistes qui s’étonnent de voir autant d’espèces sur des parcelles cultivées. Un programme de recherche mené conjointement par l’Inra et AgroParisTech est venu valider l’approche de Perrine et Charles. En travaillant manuellement une parcelle de 1000 m2, le chiffre d’affaire annuel dégagé a été de 54000 euros pour 1600 heures de travail dans les jardins et 2400 au total. Ainsi, une petite surface de maraîchage bio, cultivée selon les principes de la permaculture, peut créer une activité à temps plein. Une petite révolution dans le monde paysan qui promet des millions d’emplois à la clef.

OLIVIER DE SCHUTTER,
Juriste, Professeur de Droit International.

Olivier de Schutter a été durant six ans le rapporteur spécial des Nations-Unies sur le droit à l’alimentation. Durant son mandat, il n’a eu de cesse d’alerter les Nations-Unies sur un modèle agricole à bout de souffle, qui affame près de 800 millions de personnes dans le monde et affaiblit près de 2,5 milliards d’individus. Défenseur assumé de l’agro- écologie, une série de techniques agronomiques prenant également en compte le développement rural, la santé des populations ou le maintien des fermes familiales, Olivier de Schutter dénonce encore la force des lobbies qui bloquent tout changement, dans le secteur agricole comme énergétique. Partisan d’une nouvelle redistribution des richesses, il affirme que la faim et la malnutrition sont des questions politiques, que les solutions techniques sont là mais que les gouvernements détournent les yeux du problème. « Avec quelques décisions courageuses, affirme-t-il, le problème de la faim pourrait être résolu. »